L’empire des Loups

L'empire des LoupsAnna Heymes, la trentaine, est l’épouse d’un des plus hauts fonctionnaires du Ministère de l’Intérieur. Depuis plus d’un mois, elle souffre d’hallucinations terrifiantes et de régulières crises d’amnésie, au point de ne plus reconnaître le visage de son propre mari et même de commencer à douter de l’honnêteté de ce dernier. Pendant ce temps, dans le Xe arrondissement, Paul Nerteaux, un capitaine de police acharné, se voit confier une enquête concernant la mort de trois femmes d’origine turque qui travaillaient dans des ateliers clandestins et dont les corps ont été retrouvés atrocement mutilés. Pour l’aider à infiltrer la population turque du quartier, Nerteaux n’a d’autre solution que de faire appel à Jean-Louis Schiffer, un de ses anciens collègues connu pour sa réputation de flic implacable.

Le pire film de l’année pointe le bout de son nez assez tôt. Il s’agit vous l’aurez compris de « L’empire des Loups », un bon gros nanar français en concurrence sérieuse avec « Les rivières pourpres 2 ». Pourtant, au jeu de la comparaison le film d’Olivier Dahan serait « presque » un bon film en comparaison du dernier opus signé Chris Nahon. Une honte à tous les niveaux.

Les qualificatifs négatifs ne manquent pas pour parler de ce navet qu’est « L’empire des Loups ». Une question effleure alors la conscience professionnelle du critique cinéma que je suis, doit-on accorder une large place à un aussi mauvais film ? La réponse est contenue dans la question. Pour exorciser le mauvais sort que semble connaître ces derniers temps le cinéma de genre français, une petite analyse s’impose. À ce jeu, le film de Chris Nahon s’avère un parfait exemple de tout ce qu’il ne faut pas faire en matière de réalisation.

En ce qui concerne le côté purement artistique de la mise en scène, Nahon arrive à systématiquement foutre la gerbe à son public. Entre les phares de voitures qui nous aveuglent, un flou artistique persistant sur presque tous les plans et une caméra parkinsonienne sur toutes les scènes de poursuites, il y a de quoi faire. Ajoutons une pluie persistante très « Seven » et une colorimétrie classieuse hautement surréaliste pour finir de décourager le spectateur conciliant.

Du côté du jeu d’acteur, rien de mieux à l’horizon. Jean Reno en blondasse à chemises à fleurs est totalement en roue libre. Quand aux autres, ils font preuve d’un manque de charisme déconcertant et ne semblent pas plus impliqués que le pauvre spectateur qui ne peut que laisser échapper de petits rires nerveux. Tant d’argent utilisé pour un si piètre résultat, pas étonnant de voir les financiers si peureux en matière d’investissement.

Du côté de l’histoire à proprement parler, rien à sauver non plus. Adapté du plus mauvais Granger, le scénario de « L’Empire des Loups » accomplit la prouesse d’être encore plus incompréhensible et tarabiscoté que l’histoire des « Rivières Pourpres » alors qu’il a été écrit par Granger lui-même. Vu sous cet angle, « Les rivières 2 » seraient même un honnête divertissement. Méchants terroristes turcs, expériences sur le cerveau des autorités françaises et résurrection messianique du personnage de Reno. Trop c’est trop. Surtout que pendant près de 2h10, le temps semble bien long.

Au final, on retient surtout du film le violent pamphlet anti-turc qui en ces temps de questionnement sur l’adhésion de la Turquie à l’UE sonne bizarrement à nos oreilles. Un grand n’importe quoi qui nous fait porter bien peu d’espoir dans l’avenir du cinéma de genre français en général et surtout pour le prochain « Rivières 3 » concocté par le sympathique Florent Emilio-Siri. Enfin l’espoir n’est pas non plus totalement mort…

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :